Volume 2 - Numéro 2 / 2009 - Éditorial

Le Centenaire De La Société Française De Radiologie

Author

Philippe Devred

Président de la Société

Française de Radiologie

 

Le manuscrit de W.C. Roentgen concernant la découverte des RX a été présenté le 28 décembre 1895 pour publication. Comme une trainee de poudre, dès le mois de janvier, des radiographies sont faites et présentées dans des reunions scientifiques à Berlin, Prague, Vienne, Anvers, Liverpool, Petrograd, Budapest, Pise, New Haven, etc. Les premières radiographies médicales faites en France par les Docteurs Barthélemy et Oudin sont présentées à Paris à l’Académie des Sciences le 20 janvier 1896.

 

Le premier appareil de radiologie est installé à Paris à l’hôpital de la Charité en octobre 1896 suivi d’installations équivalentes dans d’autres hôpitaux français : peu de découvertes sont passes aussi rapidement du laboratoire aux applications cliniques. Les communications scientifiques se multiplient et la Société Française d’Électrothérapie fondée en 1891 évolue en Société Française d’Électrothérapie et de Radiologie en 1900.

 

Cependant, très vite, un débat fundamental émerge : cette nouvelle méthode doit-elle être confiée à des ingénieurs et des techniciens ou à des médecins ? Antoine Béclère d’emblée a défendu la médicalisation de l’acte radiologique. Il publie en 1905 un article intitulé « la radiologie médicale aux médecins ». Progressivement s’impose l’idée que les médecins doivent acquérir une formation physique minimale pour manipuler ces nouveaux rayons X.

 

Le nombre de médecins radiologistes s’accroît rapidement et en décembre 1908 Antoine Béclère réunit autour de lui 11 d’entre eux pour créer une société spécifique de radiologie médicale, probablement afin de s’affranchir de l’hétéro généité au sein de la société existante d’électrothérapie et de radiologie. Le 12 janvier 1909 se tient la première réunion officielle de la « Société de Radiologie Médicale de Paris », Antoine Béclère en est nommé président.

 

Cette nouvelle société a une vocation international puisque 14 membres correspondants étrangers sont proposés, tous pionniers renommés.

 

Devant le développement rapide de la nouvelle discipline en France, cette jeune société en 1913 devient la «Société de Radiologie Médicale de France », actuelle «Société Française de Radiologie ».

 

En 1914 elle crée le « Journal de Radiologie et d’Électrologie » qui s’affirme comme un vecteur remarquable du progrès de la discipline par la richesse de ses articles et des analyses pertinentes des communications faites dans les différentes réunions scientifiques médicales françaises et internationales.

 

Un certain nombre de questions se sont posées très tôt :

• la médicalisation de l’utilisation de cette nouvelle méthode et les rapports avec les ingénieurs et les personnels techniques ;

• la nécessité de créer une discipline spécifique de radiologie et de codifier les relations avec les autres disciplines médicales, en particulier les relations entre le médecin demandeur et le radiologue ;

• le développement d’un enseignement de radiologie ;

• la prévention des dangers liés aux rayons X, la protection des patients, des médecins et des personnels, etc.

 

Ces interrogations et la pertinence de certaines réponses proposées rejoignent très souvent les préoccupations plus récentes liées aux développements de l’échographie, de la tomodensitométrie, de l’IRM et du TEP scanner.

 

Donnez-nous votre avis! Adressez vos e-mails à: [email protected]


Print as PDF
AuthorPhilippe DevredPrésident de la SociétéFrançaise de Radiologie Le manuscrit de W.C. Roentgen concernant la découverte des RX aété présenté le 28

No comment


Please login to leave a comment...