Volume 6 - Numéro 1, 2013 - Gros Plan Sur Un Pays : L'Italie

L’E-Santé En Italie: Des PACS Régionaux à L'Intégration Du Dossier De Santé Électronique

Auteur

Dr Auro Pampaloni

Directeur

Radiosity Medical, Italie

a.pampaloni@radiositymedical.Com

 

Le nombre de PACS a considérablement augmenté ces dernières années en Italie, tout en s’appuyant sur une base régionale élargie. Chacune des 20 régions administrative est responsable de la gestion de son proper budget santé et a sa propre approche quant à la definition des règles et des politiques visant à minimiser les coûts et à maximiser la qualité, même si l’objectif commun est, bien sûr, d'augmenter le niveau de santé des citoyens et de gérer les coûts des prestations. Nous présentons ici un aperçu de quelques-uns des programmes régionaux italiens les plus réussis.

 

En Région Toscane

En 2004, le gouvernement toscan a opté pour un changement radical en lançant un appel d'offres régional prévoyant un financement de 44 millions d'euros pour le projet régional de PACS. En septembre 2009, cinq ans et plusieurs mois de tests et de formation plus tard, il était fonctionnel. Avec une population de 3,5 millions d'habitants et 4 millions d’examens radiologiques par an, la Toscane s’est équipée d’un projet régional PACS considéré comme un événement majeur en raison de sa taille, de sa portée et de ses choix architecturaux. Les chiffres sont parlants : plusieurs pétaoctets de stockage d'images et de données, plus de 500 stations de travail et plus de 700 interfaces RIS. Pour contrôler l'impact d'un tel changement et minimiser les risques qui peuvent survenir lors de l’installation, au démarrage, ou au cours de la formation, le projet a été partagé en trios sous-régions : le Nord, le Centre et le Sud de la Toscane.

 

À chaque zone a été attribué un consortium de different fournisseurs, sous la coupe de Siemens-Agfa en region Centre, Fujifilm-Esaote dans le Nord et Carestream-GE au Sud, chacun devant fournir une solution complete prête à l’emploi sur cinq ans (avec possibilité d’extension à huit) reposant sur un bail exhaustif comprenant les matériaux, les pièces de rechange, les consommables, la maintenance, le personnel, etc.

 

Le projet était basé sur le cadre fourni par « Integrating the Healthcare Enterprise » (IHE) où l'interopérabilité entre les RIS / PACS et tous les autres acteurs impliqués dans le flux de travail d’un service ou d’un cabinet de radiologie (les prescripteurs comme le personnel du service des admissions, de sortie, ou de transfert) sont clairement identifiés et définis. Pour réduire les coûts, on a opté pour des comptes rendus et des images numériques qui sont remis au patient par l'intermédiaire de medias optiques suivant les spécifications du profil de données IHE-PDI (PDI, Portable Data for Imaging). Pour atteindre l'objectif du tout numérique, le projet s’est également donné comme but le remplacement de toutes les modalités de diagnostic non numériques et la refonte de tous les réseaux aussi bien locaux que sur des territories plus étendus. La communication inter-hospitalière faisait également partie du cahier des charges : l’anamnèse des patients, quand bien même ils consultaient l’un ou l’autre des hôpitaux de la région, devait être disponible à tout moment depuis n’importe quel poste de soin.

 

Les Avantages Pour Les Hôpitaux Et Les Patients

Le coût final prévu pour chaque examen s’appuie sur une projection sur huit ans et devrait confirmer un gain notable par rapport au coût de la solution film. De plus, les nouvelles modalités diagnostiques, entièrement numériques, permettant de diminuer de façon significative la durée de chaque procédure, il est escompté une meilleure utilisation du temps des radiologues et plus généralement des précieuses ressources humaines, et une amelioration de la qualité de l'ensemble du processus diagnostique. Pour les patients, cela se traduira par une diminution des temps d'attente en amont des examens et en aval, pour l’obtention des résultats, et moins de rayonnements ionisants – ils seront enregistrés et contrôlés – et pour les médecins généralistes par un accès plus direct aux résultats des examens.

 

Cependant, ce projet n’est qu’une étape vers un dossier patient électronique régional. Cette structure régionale de PACS n'est plus, comme auparavant, conçue pour des besoins de téléradiologie ; elle constitue l’infrastructure permettant à la fois de véhiculer les informations vers l’entrepôt régional de données, et de les y récupérer. La structure de ces entrepôts et le flux de travail qui leur est associé sont régis par des documents publiés par les spécialistes du NSIS (Nouveau Système Informatique adapté aux Soins de santé), sous l'autorité du ministère italien de la Santé. Les documents NSIS décrivent un DSE national très proche du système XDS (XDS, Cross Enterprise Document Sharing) défini par l’IHE pour le partage des documents entre les organisations médicales. Les différences ne concernent que la structure des registres nationaux : ils sont ici basés sur une structure hiérarchique alors que l’XDS a opté pour une structure coopérative et fédérale. Si le projet toscan est le premier, il n'est pas le seul à présenter une dimension régionale prévoyant l'intégration du dossier de santé électronique.

 

En Frioul-Vénétie Julienne

La région du Frioul-Vénétie Julienne est située au nordest de l'Italie et frontalière avec l'Autriche et la Slovénie. Avec une population de 1,2 millions d'habitants et un peu plus d'un million d’examens radiologiques par an, elle a publié en 2009 un appel d'offres important pour un système PACS/ RIS régional comportant un bail intégral de cinq ans avec option de prolongation. Les services concernent des producteurs d'imagerie : radiologie, médecine nucléaire, cardiologie, mammographie, etc. L’intégration avec les systèmes informatiques existants et futurs repose sur les profils d'intégration IHE, avec une attention particulière pour le XDS qui permet la récupération des images et des comptes rendus au niveau régional. C’est une étape importante vers le dossier patient électronique, avec un objectif d’utilisation réelle

et pratique au quotidien.

 

En Vénétie Et En Ligurie

Autre projet d’envergure, « Health Optimum » est un projet de télémédecine co-financé par l'Union européenne et piloté par la région Vénétie (Consorzio Arsenàl) avec la participation de l'Espagne, du Danemark, de la Suède et de la Roumanie. Son objectif était d'améliorer l'offre et la performance de services de telemedicine de qualité et d’en permettre l’accès à un plus grand nombre d'utilisateurs, et ceci indépendamment de leur lieu de résidence, grâce à l'utilisation des profils IHE pour l'imagerie (en particulier XDS et XDS-I). La region de Ligurie se dirige vers le même objectif en favorisant l'intégration des nouvelles installations de PACS / RIS grâce au projet de dossier de santé électronique base sur le XDS – anciennement connu sous le nom de « Conto Corrente Salute », dossier de santé personnel.

 

Vers Un Futur Dossier De Santé Electronique National

L’informatique appliquée aux soins de santé en Italie est donc en train d'évoluer d'un PACS institutionnel à un PACS de dimension régionale. C’est l’approche XDS d’IHE qui a été choisie, soutenue par des besoins différents, tangibles, pragmatiques et par la volonté d’améliorer la rentabilité des soins. Elle semble pérenne et fournit une base solide pour mieux garantir la bonne utilisation de l'argent public dans de tels investissements. Ces projets PACS permettent de faire bouger la technologie, poussant les anciens HIS et les interfaces disperses des médecins généralistes dans de nouvelles directions, vers une meilleure intégration. Tous ces systems de dossiers partagés régionaux sont également les briques d’un futur dossier patient électronique national.


Print as PDF
AuteurDr Auro PampaloniDirecteurRadiosity Medical, Italiea.pampaloni@radiositymedical.Com Le nombre de PACS a considérablement augmenté ces dernièresa

No comment


Please login to leave a comment...